«

»

déc 11 2013

EPNCamp, formation cartographie

logo-osmDans l’objectif de sensibiliser à la collecte des données publiques, la Source Numérique propose une formation assurée par Eddie Javelle, à destination des Espaces Publics Numériques de l’Ondaine désireux d’organiser des « cartoparties ».

Une cartopartie est un évènement collectif permettant d’effectuer des relevés cartographiques d’une zone territoriale déterminée à l’avance. Les données recueillies sont ensuite mises à la disposition de la communauté openstreetmap.

Cette « formation » est totalement gratuite pour les participants (prise en charge par la source numérique), et se déroulera les vendredi 13 et 20 décembre 2013 – 9h00 – 12h00 à la Source numérique : 2 chemins Sous Paulat 42700 Firminy.

Choix techniques et technologiques

Qu’est-ce qu’OpenStreetMap ?

OpenStreetMap (OSM) est un projet international fondé en 2004 dans le but de créer une carte libre du monde. Ce projet a pour objectif de collecter des données dans le monde entier sur les routes, voies ferrées, les rivières, les forêts, les bâtiments et bien plus encore.

Les données cartographiques collectées sont ré-utilisables sous licence libre ODbL (depuis le 12 septembre 2012).

Pourquoi choisir le logiciel libre dans cette formation ?

Voici les six points qui justifient l’utilisation de logiciels libres dans cette formation :

  • la qualité : Cette qualité est justifiée par le principe de la révision par les pairs, qui facilite la détection des bogues.
  • la réactivité : Les défenseurs du logiciel libre mettent en avant la réactivité des grandes communautés de développeurs. Les mises à jour apparaissent donc très vite.
  • la pérennité : Continuer la maintenance d’un logiciel est un choix stratégique pour l’entreprise, pas forcément en phase avec l’intérêt des consommateurs. L’existence d’une communauté de développeurs et la disponibilité du code source garantit la pérennité d’un logiciel libre.
  • le coût : La mutualisation des coûts, facilitée par l’ouverture du code, est une autre voie en vue de réduire les coûts. On peut donc dire que pour les consommateurs ces logiciels ne leurs coutent « rien ».
  • la liberté : Le consommateur n’est pas dépendant des choix stratégiques ou des limitations des sociétés informatiques. Chaque communauté de développeurs est libre de décider ce qu’il lui convient de faire, en toute indépendance.
  • la concurrence : Le logiciel libre prévient l’apparition de monopoles basés sur la fermeture du code source et des standards de communication. Il stimule non seulement la concurrence entre les entreprises, mais aussi la concurrence entre les Etats. Il représente une opportunité de développement pour de nombreuses PME européennes.

N’hésitez pas à nous contacter si vous souhaitez avoir des informations supplémentaires ou vous inscrire.

https://hibourdon.framapad.org/4

JOSM